Faut-il avoir peur des objets connectés ?

Publié le par Mylène Grenier

Le contexte

Une dizaine d'alternants en 1ère année de BTS Bâtiment vont appréhender la méthodologie de "l'écriture personnelle argumentée", la discussion quoi ! Ils doivent donc intégrer la nécessité de faire un plan pour structurer leur réflexion. 

L'activité

Après avoir étudié un texte en lien avec le thème de l'objet connecté, je leur ai demandé de réfléchir au sujet suivant :

Selon vous, faut-il se méfier des objets qui peuvent transmettre des données sur nous ?

Ils ont commencé à rédiger un texte sans consignes méthodologiques. Je leur ai ensuite proposé une structuration type de discussion sous la forme d'un plan détaillé. Pour qu'il puisse l'expérimenter et la transposer à n'importe quel énoncé, je leur ai demandé de reprendre leur réflexion en cherchant des idées répondant à deux parties imposées

Partie 1 : Pourquoi faut-il avoir peur des objets connectés ?

Travail par deux ou trois
Travail par deux ou trois
Travail par deux ou trois
Travail par deux ou trois
Travail par deux ou trois

Travail par deux ou trois

Partie 2 : Les objets connectés ne sont pas à craindre

De futurs supports à une séance "je corrige mon texte"
De futurs supports à une séance "je corrige mon texte"
De futurs supports à une séance "je corrige mon texte"
De futurs supports à une séance "je corrige mon texte"
De futurs supports à une séance "je corrige mon texte"

De futurs supports à une séance "je corrige mon texte"

Ma proposition

Elle n'a pas valeur de correction dans le sens où ce n'est pas ce qu'il fallait écrire ou penser. Elle sert simplement d'exemple et me permet de participer, au même titre que les stagiaires, au travail demandé.

Introduction

Les objets connectés font partie du quotidien. Ils transmettent une masse importante de données sans que nous en ayons conscience. On peut alors se demander s'il ne faut pas en avoir peur. Dans une première partie, nous examinerons quelques raisons allant dans ce sens. Dans un deuxième paragraphe, nous verrons qu'il ne faut pas nécessairement craindre ces objets.

Partie 1 : oui, on peut s'inquiéter...

  1. Nous ne maîtrisons pas nos données
    • Nature et volume du data : qui les exploite et à quelles fins, juste commerciales ?
    • Ces données nous appartiennent, mais on ne peut pas les vendre
  2. La fuite des données représente-t-elle un risque ?
    • Pour la santé (ondes)
    • Pour le respect de la vie privée
    • Pour l'environnement : toutes ces quantités de données doivent bien être traitées par des serveurs gigantesques qui fonctionnent certainement 24/24
  3. Nous émettons sans intention, nous pouvons donc recevoir des données sans le vouloir
    • Virus, mouchards, etc.
    • Publicités ciblées pour inciter (forcer ?) l'achat

Partie 2 : non, ces objets ne sont pas à craindre

  1. Ils peuvent être débranchés
    • Données émises que si connection
    • À partir du moment où objet hors tension, plus de data
  2. Données traitées pour dégager des tendances
    • Volume si conséquent que vie personnelle noyée dans la masse
    • Ce qui intéresse les acheteurs ce sont les analyses statistiques des données et non les données elles-mêmes
  3. Nous sommes protégés des dérives
    • CNIL
    • Associations de consommateurs
    • Législation sur le respect à la vie privée existe et évolue (jurisprudence)

Conclusion

Si les objets connectés ne vont pas nous sauter à la gorge pour obtenir des informations, ils émettent, en toute autonomie, un certain nombre d'informations sur notre quotidien. En être conscient est déjà une manière de ne pas subir cette situation. En effet, libre à chacun de décider de les éteindre ponctuellement, souvent... ou définitivement. Mais cette dernière option est-elle réaliste ? 

 

 

Publié dans formation, BTS

Commenter cet article