Blog et écriture formative : le contexte

Publié le par Mylène Grenier

On plante le décor : deux formatrices de français, des groupes devant réussir le même niveau, cinq séances de formation à distance.

Une réflexion : comment utiliser ces coupures de manière dynamique ?

Il y avait tout un tas de pistes à explorer pour répondre à cette question. Nous avons choisi celle de l'écriture formative à travers un blog dont le fonctionnemnet était le suivant :

  • Un groupe rédigeait un texte selon des contraintes (atelier d'écriture) ;
  • Les productions étaient publiées sur un blog dédié ;
  • Les stagiaires du second groupe devaient commenter cinq textes (atelier de lecture participative) ;
  • Les rédacteurs passaient par une phase de réécriture du texte initial en fonction des retours obtenus.

Concrètement, la mise en place a donné lieu à ces deux premiers messages :

Pour les rédacteurs

Votre formatrice vous a proposé un à deux sujets d'écriture. Ils seront prochainement mis en ligne pour mémoire. Vous avez au moins cinq jours pour rédiger votre texte selon ses consignes et lui envoyer votre document par courriel :

  • Il s'agira d'un fichier Word, Open Office ou du corps d'un courriel et non d'un PDF ou d'une photographie ; 
  • Votre formatrice vous a remis son adresse électronique. Si vous l'avez perdue, utilisez le formulaire "Contact" pour la réclamer ;
  • C'est elle qui mettra en ligne votre texte.
Blog et écriture formative : le contexte

Pour les lecteurs participatifs

Une série de textes de l'autre groupe F5 a été mise en ligne. Votre travail consiste d'abord àlire toutes les publications. Vous devez en choisir cinq que vous allez commenter de manière constructive. Pour cela, votre commentaire devra comporter :

  • Deux remarques positives et argumentées ;
  • Le pointage d'une amélioration à apporter par l'auteur.

 

Une remarque positive peut concerner le fond (les idées, les exemples, les explications, etc.) ou la forme (la qualité de la syntaxe d'une phrase, le peu de fautes d'accord, le choix d'un champ lexical...). Elle doit être argumentée. Vous devez donc justifier votre opinion ou ce qui vous amène à évoquer tel ou tel point positivement.

Le pointage d'une amélioration n'est pas une correction. Il s'agit de signaler un élément qui pourrait être amélioré par l'auteur du texte (une faute d'orthographe, une formulation compliquée ou difficile à comprendre, etc.). Votre travail s'arrête au repérage ; vous ne proposez donc pas de correction. Pour que l'auteur n'ait pas de difficulté à retrouver le point à travailler, vous veillerez à le situer dans le texte. Ce retour peut aussi concerner la structure du récit (plan, organisation des idées...). Là aussi, vous ne proposerez pas de solution. C'est à l'auteur de chercher !

N'oubliez pas que ceux que vous interpellez seront les lecteurs de vos textes. Nous comptons donc sur tous pour que les échanges se fassent avec bienveillance. C'est la qualité de votre investissement qui permettra d'effectuer un travail efficace d'expression écrite.

Bon travail !

Publié dans francais, formation

Commenter cet article