Blog et écriture formative : Zorha

Publié le par Mylène Grenier

Blog et écriture formative : Zorha
Quelques commentaires publiés

Quelques commentaires publiés

Quelles améliorations pourriez-vous apporter aux commentaires ?

Pour le deuxième texte de Zorha, je vous propose de prendre connaissance des commentaires publiés avant de découvrir le texte.

Blog et écriture formative : Zorha

La vie est faite d’expériences. Cela nous permet d’évoluer. Cette chance de pouvoir voyager m'a permis de sortir de mon quotidien.

Étant passée par plusieurs continents, j'ai fini par jeter mon dévolu sur l'Afrique. Dès le premier pas au Sénégal, je fut éblouie par la beauté de la population. L'accueil fut très chaleureux. Beaucoup de lieux au Sénégal sont chargés d'histoire, notamment l’île de Gorée.

Pour se rendre sur ce lieu, le moyen de transport est exclusivement le bateau, que j'ai pris à Dakar. J'y ai rencontré des personnes qui ont fait leur achat sur le continent. Ils portaient des vêtements colorés, comme le pays. Un pays ensoleillé.

Je ne savais pas pourquoi je sentais les battements de mon cœur s’accélérer au gré des kilomètres qui défilent. Je mis le pied au sol, je fus enchantée par le paysage et le spectacle que m'offrait l’île. Face à un bâtiment rose, paisible et de bel aspect. Je n’aurais jamais pu imaginer ce que cachait ce beau monument. L’horreur de l’humanité, l'esclavage.

Les cellules étaient creusées dans les roches sombres et sans fenêtres. Au niveaux des murs, gisaient de grosses chaînes destinées jadis à attacher les esclaves en partance pour le continent américain.

Encore sur les murs, une toise servant à mesurer les esclaves qui devaient faire au minimum un mètre quarte-vingt et fort. Une fente était creusée dans la roche. Le guide du site l'appelait « la porte de non retour ».

Effectivement tous futurs esclaves passant à travers la fente, se trouvaient morts noyés dans l'Atlantique du fait de leur maigreur et leur petite taille.

En l’occurrence ceux qui pouvaient passer, montaient dans le navire de négrier.

Une fois sortie de cet endroit ce fut éprouvant pour moi de faire face à toute cette souffrance passée. Je m’étais recueilli dans un stade plein d'enfants afin de méditer.

L’horreur humaine existe malheureusement toujours. Mais, j’ai toujours espoir que le monde sera meilleur un jour.

Ces productions ont été réalisées dans le cadre d'une expérimentation auprès de salariés du secteur hospitalier. Pour en savoir plus...

Cliquez ici

Publié dans formation, francais

Commenter cet article