Historiette 5

Publié le par Mylène Grenier

Il est presque vingt heures et je reviens du parc de la Tête d'Or où je suis allée courir. Je m'arrête à un feu rouge, vers la rue Francis de Pressensé, et j'aperçois de l'autre côté du carrefour deux femmes qui fouillent les poubelles.

La première, une cinquantaine d'années, a la peau mâte. Elle est maigre et cette vision squelettique est renforcée par un short minimaliste et un débardeur bleu trop petit. Ses cheveux sont soignés, coupés ras, d'une teinte tirant légèrement sur l’auburn. Elle porte un sac à main marine en bandoulière. Déjà, cette description ne correspond guère à celle des personnes que l'on voit habituellement inspecter les détritus.

Le feu tarde à passer au vert, je relâche les freins de mon vélo et prête attention à la deuxième farfouilleuse d'immondices. Il s'agit d'une jeune femme d'une vingtaine d'années. Son corps est caché par l'imposante poubelle qu'elle explore, mais je devine qu'elle porte une robe fleurie dans les tons de crème et de marron. Ses cheveux longs, teintés de mèches d'un châtain clair plutôt vulgaire sont attachés sur le haut de la nuque. C'est à ce moment que j'aperçois les écouteurs. Blancs, ils sautent aux yeux et pendent d'un téléphone portable qui campe dans sa main droite.

Le feu passe au vert, j'enclenche le premier coup de pédale et durant les premiers mètres, je ne peux m'empêcher de penser à ces écouteurs. Une question me taraude : quelle dépense est-elle prioritaire de nos jours, la nourriture ou la téléphonie ?

Historiette 5

Historiette 5

Qu'est-ce qu'une historiette ?

La réponse

Publié dans redaction

Commenter cet article